Boris Boillon, un "bébé Sarkozy" pour qui l'Irak est un eldorado (sic)

Sarkozy, par souci mercantile et sans doute pour donner un coup de pouce à ses amis chefs d'entreprise, réintroduit le mercenariat dans le droit français. Interdit depuis des années, le mercenariat revient sous la forme de "sociétés privées de sécurité" qui recycle d'anciens militaires.

Au service de diplomates et de patrons français en Irak, ces sociétés sont susceptibles de devenir des acteurs de la violence politique en Irak. Leurs "grandes soeurs" anglo-saxonnes se sont souvent illustrés dans des meurtres de civils irakiens pris pour cible par erreur souvent sans justifications sérieuses (ce que montrent les documents de http://wikileaks.org/)

L'article de G. Munier sur la question.