Tarek Aziz, victime d'une manip du régime de Bagdad pour durer ?

Alors que les dernières élections irakiennes n'ont toujours pas contribué à donner un gouvernement représentatif en Irak, l'ancien proche de S. Hussein, Tarek Aziz, a été condamné à mort suite à un procès d'une irrégularité rare.

Le but pour N. al-Maliki serait de détourner l'attention de l'opinion des révélations de wikileaks qui a montré comment le même al-Maliki a formé des brigades de la mort coupables de meurtres et de torture contre des milliers de civils...

Il est temps de se mobiliser pour faire respecter le droit :

Déclaration de G. Munier qui explique la situation.

La France de Sarkozy, elle, reste muette alors même que ces condamnations s'opposent au droit international ET aux lois irakiennes actuelles. Dépité, T. Aziz souhaite être enterré en Jordanie en attendant la libération complète du pays (le détail).